Art et réseaux sociaux : Les artistes s’exposent grâce à internet !

Une chose est claire : les médias sociaux redéfinissent la façon dont le monde de l’art fait des affaires. Au cours de l’année écoulée, plus de 80 % de tous les acheteurs d’art de la génération Y ont acheté des œuvres d’art en ligne, près de la moitié des acheteurs en ligne utilisant Instagram à des fins artistiques. Qu’il s’agisse de faciliter les ventes ou d’éviter les galeries, les sites de réseautage social font une grande déclaration.

Une nouvelle génération de consommateur d’art

Selon Brandwatch, en mai 2016, Instagram comptait 400 millions d’utilisateurs actifs, dont 90 % ont moins de 35 ans et 60 % visitent le site quotidiennement. Cela fait d’Instagram le deuxième réseau social le plus actif, après Facebook. Ajoutez cela à une chaîne d’artistes qui publient leur travail quotidiennement, et cela se traduit par une génération de jeunes qui interagissent avec le monde de l’art d’une manière jamais vue auparavant. Art réseaux sociaux internet ont diminué progressivement l’importance des agents et des galeries.

Comment les médias sociaux ont changé l’expérience artistique ?

Qu’il s’agisse de faciliter les ventes ou d’éviter les galeries, les sites de réseautage social font une grande déclaration. En limitant les moyens de communication traditionnels, les médias sociaux vous donnent l’opportunité de parler à vos abonnés de votre personnalité et de ce que vous faites. Quelqu’un peut se renseigner sur une pièce, et en un instant, elle est vendue.

Le boom des médias sociaux signifie que les artistes n’ont plus à compter uniquement sur les galeries et l’élite du monde de l’art pour valider leur succès. Au lieu de cela, les masses qui suivent vos comptes de médias sociaux en sont une preuve suffisante.

Il est révolu le temps où les artistes étaient obligés de côtoyer les critiques et les collectionneurs et de se frayer un chemin dans des spectacles avant de pouvoir vendre une seule pièce.

Est-ce toujours une bonne chose ?

Quand on parle d’art réseaux sociaux internet, il s’agit surtout de libérer et de promouvoir l’art dans une mesure prodigieuse. Mais on soulève également des questions de censure et brouille la distinction entre l’art et les catégories de création ou de design qui pourraient aspirer à ce statut.  De nombreux artistes s’inquiètent de la confidentialité de leurs images, et pour de bonnes raisons.  

La question du partage social de l’art est également pertinente, avec la montée en puissance du selfie artistique oscillant entre narcissisme et promotion. Lors de la visite d’un musée ou d’une exposition, il est désormais banal d’observer les spectateurs passer devant l’œuvre, téléphone à la main, prêts à prendre des photos et à publier rapidement avec le hashtag approprié — en regardant l’art lui-même à travers la vitre de leur appareil plutôt qu’avec leurs yeux. Mais cette aspiration à la publication ou à l’histoire parfaite sur Instagram fait-elle obstacle à une expérience sincère et à une véritable appréciation de l’art ?

Benjamin Millepied cherche à changer le monde à travers son art.
Quelle est la nouvelle vie des cirques qui ont renoncé aux animaux sauvages ?